Sélectionner une page
Accueil » Différentes techniques efficaces pour collaborer en gestion de projet

Le choix de la méthode adéquate pour gérer un projet constitue un gage d’efficacité organisationnelle et de qualité de services. Les techniques destinées à cet effet sont très variées, et peuvent être axées sur les délais, les tâches, les ressources, le travail d’équipe ou encore les objectifs. Cet éventail de méthodes vous permet d’adapter votre stratégie de réalisation de manière optimale.

Le Lean Management

L’objectif du Lean Management est de maximiser la rentabilité de production sans faire de compromis sur la qualité. Cet outil de gestion est particulièrement adapté aux grands projets, notamment ceux du secteur industriel. L’optimisation de la rentabilité repose sur l’élimination de sept paramètres dans la chaîne de production, à savoir la surproduction, les attentes, le transport, les étapes inutiles, le stockage, les mouvements inutiles et les retouches. Plusieurs versions du Lean Management ont été réadaptées ou optimisées pour permettre de gérer des projets plus spécifiques. On peut particulièrement s’intéresser au Lean Software Dévelopment pour les projets informatiques, du Lean IT ou encore du Lean Services.

LES méthodeS AGILES

Dans le modèle agile, les différentes équipes impliquées dans un projet s’activent de concert, et bénéficient d’une certaine indépendance dans leurs actions. Les délais de réalisation sont optimisés, au même titre que la productivité de votre entreprise. Le client est aussi impliqué de manière précoce à plusieurs stades du déroulement du projet. Des évaluations, des tests et des améliorations peuvent de ce fait être effectuées à mi-parcours. La communication et les échanges constituent par conséquent une composante essentielle du suivi des projets sous cette technique. L’aspect collaboratif et le concert des équipes sont également mis en avant avec cette technique. Le modèle AGILE est un excellent outil de travail décliné en plusieurs versions, dont le SCRUM, le SAFE, le Kanban et le TMA.

C’est aussi une méthode inspirée du manifeste agile qui permet de découper un projet en plusieurs étapes (SPRINT) afin de permettre à une équipe de réajuster progressivement les objectifs et d’itérer en continu à chaque étape. De réévaluer le travail pour répondre aux attentes du client et atteindre les objectifs fixés. Ainsi, le projet peut plus facilement et rapidement changer d’orientation.

La Méthode Waterfall

La méthode Waterfall est un modèle de conduite de projet basé sur une planification linéaire des actions. Les différentes tâches relatives au projet sont traitées par étapes successives de l’amont à l’aval. Cette méthode facilite une gestion rigoureuse, avec des objectifs et des méthodes bien définis. Elle est de ce fait idéale pour gérer vos projets qui requièrent une série d’actions extrêmement précises, à l’exemple de la programmation informatique. La mise en œuvre linéaire implique en revanche plus de lenteur dans la réalisation. Un retard dans l’exécution d’une des étapes du projet peut d’ailleurs occasionner des reports à la chaîne sur l’intégralité du calendrier en aval.

La Méthode PRISM

La particularité de cet outil de gestion de projet réside dans le fait qu’il est orienté sur le développement durable. La méthode PRISM (Prism Projects Integrating Sustainable Methods) constitue de ce fait une excellente alternative pour les entreprises qui souhaitent soigner leur image de marque, mais également pour les organisations sociales et environnementales. La minimisation des risques environnementaux, sociaux et économiques demeure au centre de la gestion des tâches dans le modèle PRISM. Chaque projet adopte de ce fait plusieurs lignes directrices, dont l’engagement, la responsabilité, l’éthique et la transparence. Il est possible de compléter la méthode PRISM avec d’autres techniques de planification collaborative, telles que l’AGILE et le diagramme de Gantt.

La méthode APF

La technique APF (Adaptive Project Framework) est indiquée lorsqu’on souhaite conserver un maximum de flexibilité pour gérer ses projets. Elle est de ce fait idéale pour collaborer sur les projets dynamiques susceptibles de changement pendant leur cycle de vie. Ainsi, les indicateurs tels que les tâches, les délais et le budget ne sont pas figés, et les objectifs ne sont pas nécessairement quantifiés. Un Triangle Scope est en revanche défini afin d’optimiser les trois aspects essentiels, à savoir le temps, les coûts et la disponibilité des ressources.

La méthode KABAN

C’est une méthode qui se base sur l’approche Lean et permet de gérer son projet en visualisant le flux de travail (Workflow) via le tableau Kanban qui peut avoir 4 colonnes décrivant les tâches. Chaque colonne représente une étape (à faire, ouverte, en cours, en test, terminée). Chaque tâche évolue jusqu’à ce qu’elle soit achevée.

Ce tableau peut être sous forme de post-it ou sous forme numérique comme Trello. C’est une référence pour les membres d’une équipe, car elle permet de voir l’état d’avancement des missions. Cette dernière est idéale pour un projet de faible envergure ou pour une petite équipe.

Le diagramme de GANTT

Le diagramme de Gantt figure parmi les outils collaboratifs les plus connus en matière de gestion de projets. Particulièrement souple et polyvalent, il est applicable à la plupart des projets et des secteurs d’activités. Le diagramme de Gantt permet de représenter visuellement chaque tâche comprise dans les différentes phases d’exécution. Il offre de ce fait un aperçu global de tous les aspects du projet, incluant les délais imposés et les temps de réalisation. Un logiciel de gestion basé sur cette méthode peut en outre proposer des fonctions avancées, telles que la quantification des tâches.

Pour résumer, le diagramme de GANTT répertorie l’ensemble des tâches à accomplir pour réussir un projet et indique la date à laquelle ces tâches doivent être effectuées.

La méthode PERT : Program Evaluation and Review Technique

À l’opposé du PRISM, le diagramme PERT ne fixe pas les échéances comme jalons de management de projet. Cette méthode collaborative consiste plutôt à établir les objectifs et les moyens afin d’estimer les délais raisonnables pour sa réalisation. Le PERT procure une certaine souplesse dans la planification et le suivi du projet. Il permet également de limiter les risques de retard, et offre des possibilités d’optimisation des délais, des objectifs et des tâches. Le diagramme PERT est applicable à de nombreux secteurs d’activités et à des envergures de projets très variés.

L’objectif est de gagner en performance et efficacité pour des projets de grande envergure et la gestion d’une grande équipe.

La méthode du Chemin Critique (CPM)

La méthode CPM (Critical Path Method) consiste en une gestion calendaire stricte des différentes phases d’un projet, en vue de suivre de près l’avancement et de tenir des délais impératifs. Elle est idéale pour suivre les projets impliquant une rigueur particulière sur la gestion du temps comme l’organisation événementielle. Le facteur temps constitue le principal objectif sur cette méthode et les actions sont réadaptées en conséquence. Un logiciel de gestion de projet de type CPM permet de ce fait de fixer les échéances pour les étapes les plus critiques. Il fournit également un diagramme calendaire, proposant une vue d’ensemble à chaque partie prenante quant à l’avancement du projet. Cette solution de gestion est complémentaire avec d’autres techniques comme le Waterfall.

Son objectif est de motiver les équipes à travailler plus rapidement et plus efficacement, afin d’atteindre les délais à la date prévue.

La Méthode PRINCE 2

La méthode PRINCE 2 (Projects in Controlled Environments) figure parmi les outils de gestion les plus populaires lors ces dernières décennies. Elle est plébiscitée par plus de 450 000 responsables et permet de collaborer sur des projets d’envergures variables. Cet outil de travail collaboratif est apprécié pour sa grande souplesse et son modèle de gestion particulièrement détaillé. Il permet, à titre d’exemple, de gérer plusieurs projets parallèlement. La méthode PRINCE 2 contribue aussi au renforcement de l’expérience des équipes d’entreprises, en incluant le contrôle et le feed-back dans ses processus.

Mon avis sur le sujet

Même si aujourd’hui la tendance actuelle est la gestion de projet en mode agile, Choisir la bonne méthode pour réussir un projet n’est pas souvent évident. En effet, l’entreprise et le chef de projet doivent tenir compte de plusieurs facteurs :

  • L’état d’esprit de l’entreprise
  • La maturité du projet
  • La taille de l’entreprise
  • La gestion des risques
  • Et, la prise en compte des équipes de travail, leurs motivations vis-à-vis dudit projet, etc.

L’ensemble de ces éléments doit être considéré avant de proposer aux parties prenantes la méthode la plus adaptée pour gérer un projet.